Lever de rideau sur le projet d’aménagement du secteur de l’Atrium

Publié le par R pour C

Inscrite au Plan Local d'Urbanisme, l'Opération d'Aménagement et de Programmation de l'Atrium se dévoile progressivement. Christophe Tampon-Lajariette, maire adjoint délégué à l'Aménagement urbain, nous en dresse les enjeux et les grandes lignes.

 

Pouvez-vous rappeler les objectifs de cette OAP ?

Lors de l'élaboration du diagnostic initial du PLU, il a été mis en évidence le manque d'attractivité du parvis Robert Schuman, situé devant l'Atrium. Du fait de l'absence d'aménagement, de la rupture créée par l'avenue Roger Salengro et d'un déficit d'animations, celui-ci ne sert aujourd'hui que de lieu de passage et n'incite en rien les Chavillois à s'y arrêter et à en profiter Or, c'est un lieu qui présente un fort potentiel, précisément du fait de la présence de l'Atrium, pôle culturel majeur de la Ville et source d'attractivité. Notre objectif était donc de requalifier en profondeur le secteur afin de lui donner une cohérence et d'en faire un lieu de vie visible et plaisant.

 

Quels ont été les éléments déterminants au lancement du projet ?

L’orientation inscrite au PLU prévoyait de donner cette visibilité et cette vie au secteur en organisant un espace public traversant, avec deux placettes se répondant de part et d'autre d'une avenue redessinée. Cette requalification passait donc par un réaménagement de l'avenue Salengro, aujourd'hui programmée, en liaison avec la Ville, par le Département, mais surtout par la maîtrise foncière des parcelles d'habitat-commerces assez anciennes, situées côté pair de l'avenue, en vis à vis du parvis. Un accord a été trouvé à l'automne dernier entre notre aménageur, la SPL Seine Ouest Aménagement et les propriétaires de ces parcelles. À partir de là, la SPL a pu lancer un concours architectural pour l'aménagement complet du site. C'est finalement le promoteur OGIC, associé au cabinet d'architectes Wilmotte, que le jury a choisi de retenir en raison de la qualité de son projet et de sa bonne intégration paysagère.

 

Quels sont ses principaux atouts ?

Le projet redessine en profondeur le secteur en redonnant la priorité aux piétons grâce, notamment, à la réduction des espaces de circulation automobile, à la création de liaisons douces et à la végétalisation de l'espace public. En parallèle, les nouvelles constructions, habillées de pierre claire et surmontées de maisons en ossature bois et offrant de larges ouvertures vitrées, feront la part belle aux commerces en pied d'immeubles avec une priorité donnée aux commerces de proximité. À terme, il s'agit ainsi de créer une nouvelle "mini-centralité", s'inscrivant dans la continuité du centre-ville.

 

Quand devrait débuter le chantier ?

C'est un projet complexe qui demande du temps. Plusieurs étapes restent à franchir avant de donner le coup d'envoi officiel du chantier, à commencer par les opérations de relogement de tous les locataires et commerçants. De ce fait, la construction des nouveaux immeubles ne devrait pas intervenir avant-deux ou trois ans. En revanche, la requalification paysagère du parvis Robert Schuman lui-même devrait pouvoir être engagée dès l'année prochaine.

 

Publié dans urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article