Le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement

Publié le par R pour C

Des votes révélateurs.

Lors de sa dernière réunion, notre Conseil municipal a eu à se prononcer sur le Plan Métropolitain de l’Habitat et de l’Hébergement (PMHH).

De quoi s’agissait-il ? : Pas moins que de la maîtrise de l’urbanisation et de l’environnement de Chaville.

C’est une des conséquences de la mise en place de la Métropole du Grand Paris (MGP), créée en 2015 (par François Hollande) pour « reprendre en main » la construction de logements en Île-de-France.

Depuis le 1er janvier 2017, la MGP dispose de la compétence en matière de planification de l’habitat (nombre de logements à construire, typologie, répartition et localisation sur le territoire) en lieu et place des 131 communes qui la composent - dont Chaville.

Cette compétence sera opposable dès l’adoption définitive du PMHH. À cette date, les Plan Locaux d’Urbanisme de nos villes devront se conformer aux prescriptions du PMHH, fait pour mettre en œuvre la vieille lune du ministère de l’équipement : le « rééquilibrage à l’Est » (entendez la densification dans l’Ouest parisien !).

Le projet de PMHH dépend encore des avis formulés par les communes, et c’est pourquoi notre Maire a proposé au Conseil municipal de voter un avis défavorable, mais très motivé et argumenté, afin d’éviter le pire et de poursuivre la négociation pour préserver les intérêts de Chaville.

Cet avis a bien entendu été adopté à la majorité du Conseil municipal.

Mais deux des groupes de l’opposition ne s’y sont pas associés.

Nous le regrettons.

En la circonstance, il s’agissait de marquer la détermination des Chavillois à défendre la personnalité de leur territoire. Un vote unanime du Conseil municipal eut été un signe plus fort pour résister à la logique de densification inscrite dans le projet de PMHH.

Dont acte, hélas. Il est des moments où les postures politiciennes n’ont guère de sens et sont de courte vue. Mais, en tout état de cause, les postures n’effacent pas les actes.

Le vote négatif (ou l’abstention ! - ce qui est peut-être pire sur un sujet de cette importance) des élus des groupes socialistes et Agir est un acte fort et significatif. Ils en assumeront la responsabilité.

 

Publié dans urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article