3 questions à F.-M. Pailler, maire adjoint délégué à l’ordre public et aux infrastructures

Publié le par RPC

Comment avez-vous déterminé les trois zones de stationnement ?

La zone "courte durée" est destinée à favoriser le commerce local, à la fois en centre-ville et rue de Jouy. Elle nécessite une forte rotation des véhicules, raison pour laquelle aucun abonnement n'est possible dans cette zone. La zone "moyenne durée" concerne le reste de l'avenue Roger Salengro, qui mélange habitat, activités, commerces, ainsi que le cours du Général de Gaulle. Quant à la zone "longue durée", elle "protège" les abords des gares (Chaville Rive gauche et Rive droite) et sert principalement aux Chavillois qui prennent le train.

Pourquoi parle-t-on d'une dépénalisation du stationnement payant ?

Jusqu'à présent, le défaut ou le non-paiement du stationnement sur voirie équivalait à une infraction pénale, à savoir le non-respect du Code de la route. L'amende était donc d'un montant identique (17 €) dans la France entière. Désormais, avec la loi MAPTAM, le stationnement ne relève plus du droit pénal (d'où le terme "dépénalisation"). Les automobilistes qui stationnent sur la voirie s'acquittent d'une redevance d'occupation du domaine public. Il est à noter que cela n'entame pas les pouvoirs de police du maire. La police municipale est toujours compétente pour intervenir en cas de stationnement dangereux ou gênant.

En quoi cette réforme peut-elle favoriser la mobilité durable ?

Les effets attendus sont une meilleure fréquence de rotation des véhicules et une plus grande fluidité de la circulation, entraînant ainsi une amélioration de la qualité de l'air. Le produit du forfait post-stationnement, collecté par GPSO pour le compte essentiellement d'Île-de-France Mobilités, permettra de financer des actions en faveur de la mobilité sur le territoire : amélioration des transports collectifs ou respectueux de l'environnement, vélos ou autos en libre-service...

Publié dans urbanisme, stationnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article