Maîtrise des finances publiques

Publié le par R pour C

Le Président de la République a ouvert la "Conférence nationale des Territoires", le 17 juillet, en annonçant... une nouvelle ponction à venir de 13 milliards d'euros sur les finances des collectivités locales ! (ponction qui s'ajoutera à celle de 10 milliards décidée et mise en œuvre par son prédécesseur François Hollande à la fin du quinquennat précédent). Pourtant, chacun en convient, au cours de ces dernières années, dans la sphère publique, ce sont les collectivités locales qui ont fait montre du plus grand sens des responsabilités et de la plus grande rigueur dans la gestion : "les collectivités locales sont devenues les bons élèves de la maîtrise des dépenses" - ce n'est pas une association d'élus locaux qui le dit, mais le directeur général des collectivités locales du ministère de l'Intérieur, devant le Comité des finances locales. "Les collectivités locales, qui représentent 20% de la dépense publique, ont contribué pour plus de la moitié à la réduction du déficit public national " - là, c'est la Cour des Comptes qui le constate dans son rapport annuel... Alors bravo les collectivités ? Oui, mais attention qu'à trop tirer sur l'élastique il ne finisse par rompre et que ce soit la qualité, voir l'existence même de certains services publics de proximité qui ne soient irrémédiablement compromis. Car les agents des collectivités locales ne sont pas des "ronds de cuir" qui rédigent normes et réglementations au fond d'obscurs bureaux ministériels. Ils sont des personnels de terrain, directement au contact des administrés au bénéfice desquels ils assurent, au quotidien, l'accueil et le fonctionnement des services de proximité. Car si les collectivités locales demeurent les premiers investisseurs publics en France, c'est pour bâtir des écoles, des crèches ou encore des gymnases ; or elles ne peuvent le faire qu'à proportion de leur capacité d'épargne et d'autofinancement : à la différence de l'État les collectivités ne peuvent - dieu merci ! -présenter des budgets en déficit. Et aujourd'hui, les budgets des collectivités sont au bord de la rupture. Alors, Monsieur le Président, s'il vous plaît, ne vous trompez pas de cible. Les collectivités jouent et continueront de jouer le jeu du redressement des finances publiques de la France. Mais aujourd'hui, le véritable sujet, c'est l'indispensable et toujours reportée réforme de l'État boulimique.

Publié dans Finances

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article