Opposition vs obstruction

Publié le par R pour C

Un des antonymes du verbe « agir » est « retarder ». C'est pourtant peut-être la nouvelle dénomination d'un des groupes de l'opposition municipale, dont l'un des élus a décidé de demander au juge administratif d'annuler la délibération permettant d'engager enfin la rénovation du complexe de Maneyrol, avec la reconstruction à neuf et l'extension des locaux sportifs et associatifs du site (club house, salle de musculation, vestiaires, squashs, salles de réunion des associations etc.), et la réalisation d'un très bel ensemble de nouveaux logements sociaux et en accession, respectueux des nouvelles normes énergétiques.

Qu'on comprenne bien : ce n'est pas le projet, c'est-à-dire le permis de construire, qui est attaqué. D'ailleurs, après concertation et explications, aucun riverain de Maneyrol n'a finalement déposé de recours contre celui-ci. Non, c'est la procédure juridique retenue pour réaliser le projet qui est contestée (« vente en état futur d'achèvement »). Contestation au demeurant bien tardive quand on sait que celle-ci avait été présentée et retenue par le Conseil Municipal voici déjà 3 ans (conseil municipal du 4 février 2013).

Pas moins de 4 délibérations relatives au programme ont été votées depuis 2013 par le Conseil municipal, et validées par les services préfectoraux au titre du contrôle de légalité. En réalité, derrière les arguties juridiques, il s'agit d'organiser une simple manœuvre d'obstruction. En effet, et compte tenu des délais moyens de procédure de la justice administrative en région parisienne, le projet ne pourrait voir le jour que d'ici 6 à 8 ans. C'est tout le quartier et les centaines de Chavillois qui pratiquent des activités sportives et associatives à Maneyrol qui devraient alors se contenter pendant plusieurs années des locaux existants, vétustés au point qu'ils deviendront vite impraticables ! La Municipalité ne peut se résoudre à cette hypothèse. Il en va de l'intérêt général de la ville et du quartier. Un nouveau dispositif juridique et opérationnel sera donc proposé lors d'un prochain Conseil municipal. Au final, la Municipalité s'efforce de ne pas faire perdre trop de temps à la Ville -un ou deux ans au lieu des huit que pouvait espérer le responsable d'Agir - ou trop d'argent, car cette manœuvre aura inévitablement des conséquences financières dont les Chavillois seront informés.

 

Publié dans urbanisme

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article