Après les élections, un entretien avec J J Guillet

Publié le par RpC

Qu’avez-vous ressenti à l’annonce des élections ?

Bien entendu ce résultat m'a fait plaisir. Mais il m'a aussi ému parce j'ai ressenti qu'il y avait chez les Chavillois une certaine reconnaissance de l'action entreprise. On ne peut pas limiter les résultats de Chaville à une "vague bleue" en faveur de la Droite et du Centre et à une sanction de la Gauche. Un certain nombre de préoccupations locales ont joué. La reconnaissance des Chavillois, et leur volonté que cette politique soit poursuivie dans le même sens, est évidemment une grande satisfaction. Mais derrière cette reconnaissance, il y a une attente. C'est aussi parce que j'en suis conscient que je me suis fixé comme règle de ne pas me représenter aux prochaines élections législatives. Je veux pouvoir me consacrer pleinement à mon mandat de maire.

Comment abordez-vous ce nouveau mandat ?

Avec un nouveau mandat, une équipe renouvelée et un projet qui s'inscrit dans la continuité de l'action entreprise depuis six ans, une nouvelle étape est franchie. Cette élection municipale a révélé une attente particulière des Chavillois et un espoir que doit porter la nouvelle majorité municipale. À l'aube d'un nouveau mandat, ma première préoccupation - comme il y a six ans d'ailleurs, est surtout de ne pas décevoir. Nous avons réveillé Chaville. Nous lui avons donné une nouvelle dynamique. Cette ville est en train de se transformer tout en gardant son identité, c'est très important. Maintenant, nous pouvons continuer sur cette dynamique qui est porteuse. Chaville est aujourd'hui une ville reconnue, respectée et dont on parle. Elle devient dans de nombreux domaines une ville exemplaire, une ville pilote.

Comment avez-vous constitué votre nouvelle équipe municipale ?

Il y a six ans c'était différent, nous étions dans l'opposition. L'équipe était nouvelle et la quasi-totalité des élus n'avait jamais exercé de fonction municipale.

Aujourd'hui, une grande partie d'entre eux a désormais l'expérience de cette fonction. Il fallait concilier expérience et nouveauté. Même si notre projet s'inscrit dans la continuité, il fallait du "sang neuf". Nous avons en permanence besoin de nous renouveler. J'ai beaucoup expliqué durant ma campagne qu'il ne fallait pas s'installer dans la routine - il n'y a rien de pire ! - mais toujours aller de l'avant, j'ai choisi les nouveaux élus en fonction de leur personnalité, de leurs compétences et de leurs capacités à se saisir d'un projet et à apporter quelque chose à la collectivité.

Quelles seront les priorités de ce nouveau mandat ?

Les priorités sont de plusieurs ordres. Elles touchent, bien entendu, au domaine de l'aménagement urbain. Nous sommes en train d'achever la rénovation du centre-ville, un point déterminant. Cette réalisation sera terminée fin 2015. Mais pendant ce temps-là, nous avons déjà préparé et engagé l'aménagement d'un certain nombre d'autres secteurs tels que l'entrée de ville (à la limite de Sèvres) ou le quartier de l'Atrium. Aménagement lié à ces opérations, la requalification de l'avenue Salengro va s'engager avec le Conseil Général en étroite liaison avec la ville et en coordination avec Sèvres. Cette requalification se fera par phases en plusieurs années. Elle va transformer la ville, ne serait-ce que du point de vue esthétique. Il s'agit de donner un rythme à cette avenue, d'élargir les trottoirs pour que les gens puissent s'y promener et d'aménager un endroit très convivial. Une de nos priorités est également de développer l'offre de transports à Chaville. Afin de répondre aux problèmes de mobilités et aux nouveaux comportements des automobilistes et des usagers des transports en commun, nous allons engager une réflexion à ce sujet.

Quels premiers projets verront le jour ?

Tout ce qui concerne les familles est bien évidemment prioritaire. Dans le domaine scolaire, nous allons commencer en septembre 2014 l'aménagement des rythmes scolaires. Ils ont fait l'objet de concertations avec les enseignants et les associations de parents d'élèves et je m'en réjouis.

Mais au moment où l'on parle, je ne sais pas quels seront les projets du nouveau gouvernement en la matière.

Les communes ne peuvent pas être en permanence dans l'insécurité juridique et financière. Tout est prêt à Chaville pour mettre en place cette réforme dès septembre prochain. Nous voulons également mettre en place, le plus rapidement possible, un système de guichet unique pour l'ensemble des services de la ville ainsi qu'un Pass loisirs famille donnant accès à toutes les activités culturelles et sportives. En septembre prochain, nous allons ouvrir également une nouvelle micro-crèche. Chaville est une ville très accueillante. C'est un peu sa marque de fabrique. Mais il faut toujours aller plus loin et se moderniser.

Comment allez-vous œuvrer pour moderniser la ville ?

L'objectif d'une collectivité locale est de donner une impulsion et d'autre part de fournir un cadre pour permettre le développement d'activités dans tous les domaines. L'objectif de la municipalité est de faire en sorte que les associations, les familles ou les entreprises puissent s'épanouir dans un cadre accueillant.

Parmi les projets que nous développons, nous avons la réalisation de l'Espace Culturel et de Loisirs qui accueillera la MJC, et d'une Maison des associations, l'ancienne Académie des Beaux-arts transformée en une Maison de la jeunesse et de l'enfance ou encore l'aménagement du site Alexis Maneyrol (avec squash, tennis, salles de bridge ou de fitness d'ici 2016/2017.

Ces lieux constituent des cadres dans lesquels nous allons développer une vie culturelle et de loisirs encore plus importante que celle que nous connaissons, avec de nouvelles activités.

Qu'en est-il du développement numérique ?

Le déploiement de la fibre optique sera achevé fin 2015. Nous serons une des premières communes, pas seulement des Hauts-de-Seine mais de France, desservie de façon intégrale par la fibre optique. Tout le monde pourra y avoir accès gratuitement, il suffira d'un abonnement à un fournisseur. Il y a une attente importante et compréhensible de la part des Chavillois. Les habitudes de travail changent et de plus en plus de personnes développent un travail à domicile. Beaucoup créent leur "petite entreprise". Il faut aider au développement de ces micro-entreprises et nos efforts porteront également sur la création d'espaces de co-working dans les mois qui viennent.

Le numérique apportera également beaucoup dans le domaine de la gestion municipale avec, par exemple, la dématérialisation qui est déjà engagée. Elle va se poursuivre et permettre de réaliser des économies de gestion non négligeables. Dans le domaine du numérique également, la plateforme Smart City+, opérationnelle dans quelques semaines, permettra d'accueillir toutes les applications de services de proximité, municipaux ou privés qui vont se développer. Autre exemple, parmi tous les services que peut apporter le numérique, le système Paybyphone, qui permet aux automobilistes de payer leur stationnement à distance, arrive sur notre territoire.

Quel rôle joue la Communauté d’agglomération dans tous vos projets ?

C'est un appui incontournable. On ne peut pas imaginer aujourd'hui que Chaville puisse se développer avec une maîtrise des dépenses de fonctionnement sans le renfort de l'intercommunalité. C'est impossible. Un des objectifs principaux que nous avons est la stabilité des taux de fiscalité puis, le plus rapidement possible, la baisse de ces taux. Pour y parvenir, il faut une véritable coopération entre les communes. Nous avons une dynamique forte sur ce territoire qui nous est commun. Mais les villes ont toutes le même souci : faire baisser la fiscalité locale. La seule solution est l’intercommunal-lité et la Communauté d'agglomération - dont l'avenir va être déterminé par la création de la Métropole du Grand Pans au 1er janvier 2016 - joue un rôle fondamental. Outre la Métropole et la Communauté d'agglomération, il y a également l'intercommunalité de proximité. Nous formons incontestablement un bassin de vie et de population avec Sèvres et Ville-d'Avray.

Prenons un exemple. La coopération s'est considérablement approfondie entre l'Atrium et le Sel - à laquelle nous allons associer le Colombier de Ville-d’Avray - dans la perspective de la création d'un établissement commun. C'est un beau symbole. Nous allons continuer dans ce sens dans d'autres domaines comme le sport pour permettre une meilleure offre aux familles. C'est une façon d'être plus fort tout en maîtrisant nos coûts de gestion et en gardant notre personnalité.

Vous évoquiez une baisse de la fiscalité. Que peut-on dire de plus ?

La ville compte aujourd'hui environ 19 000 habitants. D'ici2016, elle en comptera plus de 20 000. Les services en place permettent sans aucun problème de les accueillir. Avec l'arrivée de ce millier de nouveaux Chavillois, l'élargissement de l'assiette fiscale doit permettre une baisse des taux, à situation économique égale. Par ailleurs, l'existence même de notre opération du centre-ville apporte des recettes. Elle stimule le marché de l'immobilier et, par le biais des droits de mutation, rapporte des ressources fiscales à la commune. En 2016 donc, d'après nos projections, nous devrions nous retrouver dans une situation où les taux de fiscalité peuvent baisser. À cela, il faut ajouter la poursuite de la maîtrise des dépenses de fonctionnement qui existe déjà à l'intérieur même de la commune (en limitant les recrutements, en gérant: l'organisation des services...). Il est vrai que la fiscalité est élevée parce que la ville n'a jamais eu de ressources venant de quelque industrie. Dans une ville comme Chaville, qui a de fortes contraintes, l'action publique doit être conduite en utilisant au maximum les effets de leviers. Il faut de l'audace.

Nous avons décidé pour ce mandat d'être audacieux et d'aller vite.

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article